En 2017, le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES) présentait sa nouvelle politique sur la réussite éducative dont l’objectif est d’améliorer la réussite éducative d’ici 2030 bien « au-delà de l’obtention du diplôme en recherchant l’atteinte du plein potentiel de la personne dans toutes ses dimensions, sans égard à sa provenance, à son milieu ou à ses caractéristiques. » Cette politique contient plusieurs axes de développement et l’un d’entre eux m’interpelle particulièrement, car il vise le développement des compétences du 21e siècle.  Cet axe a donné naissance au printemps 2018 à un Plan d’action numérique en éducation et en enseignement supérieur, dont la vision est « une intégration efficace et une exploitation optimale du numérique au service de la réussite de toutes les personnes, qui leur permettent de développer et de maintenir leurs compétences tout au long de leur vie » (Education.gouv.qc.ca, 2018).  L’investissement prévu pour la mise en œuvre de ce plan est évalué à 1,2 G$ sur une période de cinq ans, soit entre 2018 et 2023.

Voilà qui est porteur de sens, car le système éducatif québécois sera au cœur de la révolution numérique. La technologie n’est plus une commodité, mais devient une partie intégrante de l’apprentissage et de la collaboration.

Avec une intention pédagogique, la technologie utilisée à bon escient devient un accélérateur d’apprentissage. Les outils de collaboration sont nombreux et permettent de rapprocher tous les intervenants au sein d’une unité administrative, nous avons tous avantage à les utiliser. C’est un fait, les élèves baignent dans la technologie contrairement à plusieurs d’entre nous.  Leur curiosité est installée, « ils ont accès électroniquement à des quantités phénoménales d’idées et de données nouvelles, et réagissent de façon passive aux approches didactiques traditionnelles une fois que les compétences de base ont été assimilées » (Fullan et Quinn, 2018). Comment canaliser cette curiosité vers le succès de ses apprentissages?

 

Plusieurs changements peuvent être apportés, progressivement, afin de créer un mouvement, un virage vers le numérique, afin que tous, nous développions les compétences du 21e siècle.  Voilà notre mission, une intégration durable du numérique.

Le plan d'action numérique

Cadre de référence de la compétence numérique

"Ce cadre de référence vise à favoriser le développement de la compétence numérique [...] Cette habileté est primordiale dans le contexte actuel, marqué par des innovations techno-logiques qui transforment le marché de l’emploi [...]. En ce sens, il est nécessaire d’adapter la pratique enseignante [...] pour préparer les futurs travailleurs et travailleuses aux défis de demain."   MEES

Dix compétences s'articulent autour de "l'Agir en citoyen éthique à l'ère du numérique" et de "Développer et mobiliser ses habiletés technologiques" soit : 

"exploiter le potentiel du numérique pour l'apprentissage",

"développer et mobiliser sa culture informationnelle",

"collaborer", "communiquer" et "produire du contenu" à l'aide du numérique, 

"mettre à profit le numérique en tant que vecteur d'inclusion et pour répondre à des besoins diversifiés",

adopter une perspective de développement personnel et professionnel avec le numérique dans une posture d'autonomisation,

résoudre une variété de problèmes avec le numérique,

développer sa pensée critique envers le numérique,

innover et faire preuve de créativité avec le numérique.

Les douze dimensions sont développées dans la
section Numérique et intention pédagogique.

roueDimensions-1004x1024.png

©2019 by RÉCIT CSMV. Proudly created with Wix.com